Va comme ton coeur te mène

Il faut parfois des décennies pour un jour se retrouver là où nous avions toujours voulu être, sans tiraillement, sans frustration entre rêve et réalité, sans vouloir être autre part que là où nous vivons, sans être une autre personne que celle que nous sommes, incarnée

Il faut parfois des années pour un jour ressentir notre corps en bonne santé, notre esprit vif et nourri, notre cœur réchauffé par de véritables liens, à notre communauté, à notre parenté, à un compagnon-compagne de vie, une contribution juste et équilibrée pour soi-même et le Tout.

Il faut toute une vie, pour ressentir profondément, notre lien au vivant et que tout est lié, sacré. De voir l’Amour et le divin en chaque chose. Devenir homme ou femme est l’oeuvre de toute une vie, et pourtant nous pouvons nous consacrer un peu chaque jour à cet art de vivre, avec conscience et amour, porter son attention vers ce qui est essentiel. Prendre soin de soi et nourrir son corps, nourrir tout autant son Ame, qui elle, se nourrit d’amour.

 “Marche comme ton coeur te mène et selon le regard de tes yeux”

- Alexandra David-Neel

Il y a quelques années, j’écrivais ce titre dans un ancien blog, fermé depuis, “Va comme ton coeur te mène”, reprenant les mots d’Alexandra David-Neel mise en image dans l’épopée de Priscilla Telmon. Ces femmes me faisaient rêver par leur intuition à vivre leur quête et soif de liberté. Elles marchaient dans les traces de leurs propres rêves. Avant j’écrivais pour me donner du courage, pour me donner envie d’oser et de rêver. Un jour, j’ai cessé de vouloir aider les autres à réaliser leurs rêves. Et puis, j’ai décidé de vivre cet élan, créant l’espace pour cela, laissant mon Ame s’épanouir et fleurir là où elle avait envie et comme elle avait besoin, laissant mes mains faire ce qu’elles avaient toujours fait. Je suis sortie de ma tête et de mes livres, de mes écrits. J’ai mis des années, la moitié de ma vie, peut être, à accepter d’être multiple, sensible et aussi forte que vulnérable, d’honorer tout ce qui vivait en moi et cette énergie de vie qui souhaitait s’exprimer. Ici désormais, je témoignerais de mon propre vécu.

Alignée, entre terre et ciel

Il y a un an, la photo du premier article de ce journal, m’offrait la perspective de cette vie alignée que je souhaitais manifester au travers le projet Les Herbes Vives. Nous mettons tant de barrières entre nos besoins simples et nous-mêmes. Entre ce que nous voulons vraiment faire et être, la manière dont nous voulons vivre et nos faux besoins - faux self - faux semblants.

A l’heure où je vous écris, après un été pleinement centrée sur l’écriture du livre Alchimie Végétale, j’ai pris conscience que Les Herbes Vives est une communauté dédiées aux plantes et femmes médecines. J’ai reliée mes premières contributions à celles d’aujourd’hui, pour y voir ce fil d’or : tisser des communautés de transmission de savoirs au sein des organisations pour soutenir leur identité culturelle et nourrir leur propre identité à eux. Par mes propres recherches et créations, je faisais le lien constant entre identité culturelle et exploration de soi, portant ce mouvement aux hommes et femmes qui font société. Tout simplement.

Tout est mouvement, é-motion

Les Herbes Vives ont pris racine dans mon propre héritage, puis se sont déployées au printemps. Cette communauté de transmission de savoirs ancestraux autour des plantes endémiques (qui sont naturellement présentes dans nos forêts et montagnes) et femmes guérisseuses ou médecines a fait écho à votre histoire, ou réveiller une quête identitaire au sein de vos lignées. C’est exactement là que se situe Les herbes Vives, faire vivre le sang qui a coulé dans nos lignées, d’où qu’il vienne. Il est au coeur du travail de toute une vie, de connaissances empiriques et souvent transmises oralement, d’expériences personnelles et de précieuses rencontres. J’ai choisi de garder la langue maternelle comme socle identitaire de transmission, le français, et de continuer à faire vivre nos riches traditions dans cette communauté francophone, puisque c’est là que nos héritages celtes et antiques ont pris racine.

Vous avez été nombreuses à venir ici dans cet espace, à partager vos vécus, à vous faire écho des sagesses transmises, chacune à votre manière, à vous abonner à la lettre médecine mensuelle (la prochaine partira vendredi prochain aux abonnées) et nous suivre sur Instagram. Certaines sont venues jusque dans mon lieu médecine, pour une quête de guérison, une consultation, un cercle d’initiation ou d’art chamanique, donnant vie et chair à cette communauté, et une autre dimension à ce lieu médecine.

Chaque communauté a sa propre sagesse

Et cette communauté m’a permise aussi de mieux appréhender la mienne et de la porter au monde.

Le livre de Poésie végétaleHerbe en Vie” sorti début avril, en édition limitée, a bouleversé des hommes et des femmes, et vos témoignages en retour m’ont touchée au coeur. Il y témoigne de la place de la femme, de comment elle se construit et s’épanouit femme, ses blessures et son immense capacité de résilience.

Aligné programme de mentorship créé avec Laura Wencker, pour les thérapeutes et artistes, a débuté en juillet dernier et se poursuivra avec la session de workshop et la retraite toute la semaine prochaine, avec des femmes aussi singulières que multiples qui ont choisie d’incarner une vie la plus holistique possible et porter une juste contribution au monde.

Et puis il y a ce livre Alchimie Végétale aux éditions HOEBEKE - GALLIMARD qui sortira en octobre prochain, magnifique travail de co-création avec Laura Wencker et qui partagera dans un voyage poétique, une initiation à la sagesse des plantes, aux rituels et aux préparations.

Souveraineté des femmes, souveraineté de la terre

Depuis le début, souveraineté des femmes et souveraineté de la terre sont comme les deux bras qui entourent l’Ame de cette communauté Les Herbes Vives.

Il y a un an jour pour jour qui sépare ces photos prises par Laura. Et je me sens cette responsabilité de gardienne de continuer à soutenir vos voies d’expression de femmes, aussi singulières que multiples.

Je ne pourrais vous accueillir toutes ici dans ma maison ou lors des cercles. Alors, je laisse l’espace de cet automne pour laisser émerger les propositions justes qui pourront continuer à vous soutenir et vous trans-porter.

Tisser ce fil d’or

Ce journal sera un lieu d’inspiration pour y puiser force et courage pour vivre une vie la plus authentique et créative possible, celle qui est la plus proche de vos propres besoins et qui vous rends la plus vivant-e, non au regard de ce que les autres attendent de vous. Chacun-e a sa manière de vivre et de manifester sa singularité dans une vie qui nous ressemble et nous ré-unit. En revanche, nous nous devons d’aller plus loin que nos simples guérisons, il nous faut partager, continuer à nous soutenir et soutenir autour de nous. Chaque contribution est importante. Aucune n’est trop petite.

Parlons d’empowerment, d’expression, d’héritage, d’art et ce culture. Il partagera des histoires et des vécus de femmes artistes - chamanes, femmes médecines - poétesses et danseuses - alchimistes et cueilleuses …

“ce qui doit sortir à ce moment-là”

Ce journal partagera le mouvement de la vie, parce que la vie est é-motion.

Elle est viscérale. Il fera part de “ce qui doit sortir à ce moment-là”.

Il y a un endroit à l’intérieur de nous, où nous ressentons ce que nous savons. Si nous mettons en acte cette intuition, les portes s’ouvrent, nous incitant à grandir…

A cette heure, fin d’été, prenons le temps de savourer les fruits de nos labeurs et créations, avant de rentrer trop vite dans le rythme imposé par la rentrée,

Prenez le temps de vous remerciez et d’honorez l’abondance en vous, et autour de vous, en gardant au creux de votre ventre, cet espace sacré qui vous nourrit et nourrit vos projets-créations, votre famille, votre communauté.

Avec amour et gratitude,

Séverine

Suggestion musicale : El Labba - Yuma

Nouveau site personnel - severineperron.art

Photo - Laura Wencker